40ème étape : de Palas de Rei à Arzua

Dimanche 23 Juin 2013 : étape de 28,5 kms. Hébergement à l’albergue Don Quijote/Pension Rua à Arzua


Ce matin réveil matinal, debout à 5 H 20, les espagnols sont déjà à remuer sans se soucier des autres qui dorment encore. D’ailleurs, les 4 français leur font remarquer. Tant qu’à être réveillés, on suit le mouvement. Avantage pas de bousculade au lavabo et pas d’attente pour le petit déjeuner au bar d’en face (il a quand même fallu attendre que le rideau se lève).

Nous sortons assez vite du village et entrons en forêt pour environ 3 kms. Les chemins sont bons mais à certains endroits de gros passages boueux. Pour éviter le 1er je prends l’option de passer sous-bois. Mauvais choix, c’est de pire en pire. Finalement nous retrouvons le chemin où tout semble sec.

Il est tôt, peu d’affluence ce matin. 1er arrêt après 8.5 kms à Leboreiro.

Puis comme la veille, le chemin monte et descend sans arrêt. Nous arrivons sur Mélide, ville importante. C’est dimanche, jour de marché. Tous les magasins sont ouverts et la place est noire de monde.

Le chemin traverse la ville de part en part. En plein marché nous perdons le tracé. Marche arrière vers l’église qui est souvent un passage obligé. La présence d’une albergue nous conforte dans notre choix. Mais à la sortie de Mélide, toujours pas de flèches jaunes. Un passant nous rassure c’est toujours tout droit. Pause dans le faubourg sur un large banc près de l’église. Nous y rejoignons quelques autres pèlerins dont un curieux personnage, aperçu un peu avant, qui photographie tout et n’importe quoi. Quand il manque de sujet, il se retourne pour photographier sa compagne.

A côté de nous, une borne nous indique 50kms, le but est proche.

Nous passons plusieurs hameaux et à 12 H 30 pour un arrêt casse croûte. Le groupe d’une cinquantaine de jeunes rencontré les jours précédents nous rattrapent, certains ont déjà de la difficulté à suivre et traînent la jambe. Nous les accompagnerons plus ou moins jusqu’à l’entrée d’Arzua.

Quelques belles montées et descentes et nous arrivons dans une forêt qui sent bon l’eucalyptus. L’entrée d’Arzua se fait après une belle grimpette par une large avenue bordée d’immeubles. L’ambiance qui s’en dégage nous fait penser à l’arrivée dans une station balnéaire.

Sur cette longue avenue nous doublons 2 canadiennes et 1 française, pas encore rencontrées. L’une des canadienne a des difficultés, elle pense avoir une tendinite, mais continue malgré tout. Un peu comme Andrée avec qui elle échange quelques mots sur leurs malheurs respectifs. L’une marche aux anti-inflammatoires et l’autre au paracétamol. Elles avaient connu les problèmes d’Andrée par radio Camino.

Nous trouvons assez vite notre albergue le Don Quijote qui se trouve à l’entrée d’Arzua. La gérante nous emmène dans l’immeuble voisin réservé aux chambres. Nous y retrouvons les 3 français. Rencontrés sur le chemin, ils ont décidé de continuer à marcher chacun à son rythme et se retrouver le soir à l’étape. Pour la lessive, nous devons utiliser les machines dans l’albergue d’à côté. Ca nous donne l’occasion d’y retourner et de constater que l’albergue est superbe et spacieuse

Nous retrouvons les auvergnats, logés tout à côté, pour le repas du soir. Jo et Annie ont eu le courage de pousser jusqu’au centre ville mais en sont revenus déçus.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *