25ème étape : de Fromista à Carrion de Los Condes

Samedi 8 Juin : étape de 19 kms. Hébergement à l’albergue del Collegio Espitu Santo de Carrion de los Condes

Lever 6 H 10 et mise en route pour un petit déjeuner au village, heureusement la pluie a cessé. A 7 H 20, départ, le chemin va très vite longer et ce jusque Carrion del Los Condès. Interruption pour prendre le café à Pablacion en même temps que nos amis australiens.

Au passage de Villaleazar de Sirga, une petite incursion à l’intérieur du village car l’église semble intéressante. Avant d’y arriver, passage près d’un gîte. On nous interpelle. C’est un québécois qui gère cette albergue et qui est ravi de parler français. Nous discutons de langues et dialectes. Tout comme nous, il déplore l’utilisation abusive de termes anglais et l’abandon progressif du français. Nous le laissons pour monter vers l’église. Comme d’hab il faut payer pour la visiter. A ce moment, arrivent 2 gros quads bien chargés. Ce sont des français qui ont fait le chemin en quad. Ils rentrent en France. Ils nous annonçent un très mauvais temps sur Santiago. Super…

Arrivés à Carrion et pour une fois sans être mouillés mais avec un temps toujours aussi gris.

Nous logeons chez les sœurs de la charité, réservation d’une chambre pour 2 mais surprise nous sommes en dortoir de 12. Le dortoir est grand, simple, tout net, sans lits superposés.

Les auvergnats nous ont retenus 2 lits dans leur coin. Le jeune allemand de chez Rafael à Agès est là aussi mais avec des pieds très abîmés.

Nous retrouvons les auvergnats pour le repas de midi pris dans un petit restaurant dans le centre de Carion.

En visitant la ville, courses pour le soir que nous prendrons en commun dans la cuisine de l’albergue. Nous y retrouvons le mandchou que nous avons déjà eu l’occasion de croiser et comme je lui dis quelques mots, j’ai la surprise de constater qu’il comprend le français et peut même le parler. Il fait sa petite cuisine perso.

Nous sommes allés à la bénédiction des pèlerins à 20 heures. Il n’y avait pas grand monde, les bretons Alain et Brigitte et leur frère, les australiens Yan et sa femme et d’autres pèlerins. En fin de cérémonie, le prêtre demande aux pèlerins de s’avancer et de se présenter en indiquant le pays d’origine. Il y a de nombreuses nationalités différentes, des proches mais aussi de lointaines, USA, Australie, Allemagne, Angleterre, Canada, etc… Le prêtre parle espagnol, allemand et anglais mais pas un mot de français.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *