23ème étape : de Hornillos à Castrojeriz

Jeudi 6 Juin 2013 : étape de 20 kms. Hébergement à la Casa rurale de Castrojeriz  au 74 de la calle Real de Oriente (nom pas encore indiqué)

Lever 6 H 30 comme d’hab, petit déjeuner avec 2 dames de Metz très sympas. Elles nous expliquent qu’elles font suivre leur sac car l’une d’elles est allergique au gluten et doit manger du pain spécial.

A 7 H 45, nous repartons dans la meseta. Long chemin de gravier avec très peu de dénivellé et ce pendant 10 kms.

Arrivés au village d’Hontanas niché au creux d’un vallon que l’on découvre après une longue descente.

Une pause dans le village, de petites rues très typiques. Arrêt à la 1ère auberge rencontrée, c’est d’ailleurs une albergue. Ils sont débordés, tous les pèlerins s’y retrouvent. Andrée pense pourvoir commander seule sans problème. Elle revient en riant car après avoir expliqué à la serveuse qu’elle voulait la même chose que le pèlerin précédent, on lui a apporté un jus de fruit,  devant ses dénégations un croissant, toujours pas, et enfin un sandwich, ouf.

Il fait bon, les tables sont toutes occupées, on retrouve tous les habitués du chemin. Le pèlerin japonais souvent doublé s’installe à la table voisine tout souriant devant une énorme chope de bière.

Nous reprenons cette fois ci par un chemin à flanc de côteau pendant 7 kms mais très agréable. Il surplombe la route principale que nous rejoignons ensuite. Au loin on aperçoit la ville de Castrojeriz nichée sur un mont couronné par un château en ruine. Arrivés aux vestiges du couvent de St Anton du 15ème siècle, nous devons nous abriter près de l’arche qui surplombe la route car brutalement il commence à pleuvoir très fort. « le couvent de St Anton abritait l’ordre des antoniens créé pour apporter de l’aide aux pèlerins ». Nous repartons sous la pluie, avec les blousons à quelques kilomètres seulement de Castrojeriz.

A l’entrée de Castrojeriz, un plan détaillé nous permet de situer l’hébergement projeté. Il est tout à côté, mais la ville s’étire sur plusieurs kilomètres. Nous décidons d’annuler l’hébergement et poursuivre vers le centre.

Un coup d’oeil à un hôtel mais il est complet. Un peu plus loin, accolée à la porte d’entrée d’une belle maison, un tableau indique Casa rurale. Nous risquons un oeil à l’intérieur. Une charmante dame finit de passer la serpillière. Avec un grand sourire, elle nous fait signe d’entrer. Elle fait comprendre que l’installation vient de se terminer, c’est le jour  d’ouverture. Nous sommes les 1ers clients.

Nous pouvons choisir à l’étage les 3 chambres disponibles. C’est super, le prix est très raisonnable. Au rez-de-chaussée, un salon avec fauteuils et télé ainsi qu’une cuisine moderne et une grande terrasse.  Oui vraiment super chouette.

Il est midi, nous ressortons pour explorer la rue principale : une albergue, l’église en plein travaux, le résultat promet d’être magnifique. Sur une placette un peu plus loin, un bar fera notre affaire pour le déjeuner.

Puis après douche et sieste, nous ressortons en milieu d’après-midi pour viiter un peu, nous retrouvons les auvergnats à l’albergue municipale au centre du village. La pluie menace de plus en plus, finalement l’orage éclate, nous rentrons en courant sur les dalles glissantes. Quelques difficultés pour Andrée chaussée de tongs.

Après l’orage, les courses du soir pour inaugurer la toute nouvelle cuisine. D’autres pèlerins sont arrivés. 3 jeunes espagnoles aperçues la veille à Hornillos et un couple parlant anglais, sans doute américains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *