1ère étape : Aire sur l’Adour à Miremont Sensacq


Mercredi 15 Mai 2013 : étape de 21,5 kms. Hébergement à la Ferme Marsan à Miremont Sensacq

Réveillés par le bruit de la balayeuse qui passe sous les fenêtres, constat désagréable : il pleut.Départ de l’hôtel de la Paix vers 7h30 après un petit déjeuner proposé par l’hôtel. A la recherche d’une boulangerie, nous croisons un couple qui s’étonne de nous voir à contre-sens. Nous les retrouverons à l’étape du soir.

Dès la côte de l’église de Ste Quitterie, nous devons enfiler le poncho. Nous profitons de l’abri du porche de Ste Quitterie où des collégiens attendent leur bus. Et curieusement, ils nous interpellent pour demander jusqu’où nous allons, notre réponse les étonne et soulève des félicitations. Merci les jeunes.

Nous rencontrons notre 1ère pélerine, Françoise qui vient de la Sarthe. Elle marche seule depuis le Puy pour aller jusque St Jean Pied de Port.

Très vite nous sortons de la ville, le paysage est désert et assez triste, un chemin caillouteux en bordure de bois et de champs pendant quelques kilomètres. Puis c’est le bitume. Sur la route, nous croisons le véhicule d’accompagnement du groupe de filles rencontrées à l’hôtel et nous doublons le couple de quebecquois (Alain et Carole) lors d’un arrêt technique. Ils vont nous rattraper pour la pause.

Pas beaucoup d’endroits où s’arrêter, nous ne trouvons pas mieux qu’une grande poubelle pour accrocher les sacs pour un léger casse-croûte. Après la remise en route Alain et Carole nous sèment très vite, leur allure est plus soutenue que la nôtre.

Nous les retrouvons pour le pique-nique du midi près de l’église de Miremont où une table peut nous accueillir. Il ne fait pas très chaud mais la pluie a cessé. Repas à base de sandwichs préparés la veille et de fruits. A peine fini, il faut tout remballer car la pluie repart et il faut protéger les sacs.

Nous quittons les quebecquois car ils sont logés à Miremont alors que nous continuons pour prendre la direction de la ferme Marsan qui est hors chemin. Cela nous évite de faire la boucle par Sensacq. Nous arrivons toujours sous la pluie à la ferme Marsan où nous avons réservé une chambre.

Un peu d’attente pendant laquelle nous sommes rejoints par Françoise, surprise de ne pas trouver son sac confié à transbagage.

Le gîte scindé en 2 n’ouvre qu’à 14h30, mais ouvert plus vite par la propriétaire. Françoise est logée au gîte d’à côté. Dans le nôtre nous prenons la chambre du rez-de-chaussée. Nous voyons assez vite arriver un couple de marseillais, Marie-Christine et José, et un autre couple de Tours, Annick et Martin, bientôt rejoints par 2 dames également de Tours, Françoise et Anne.

Françoise de la Sarthe n’a toujours pas récupéré son sac. Un appel téléphonique au gîte d’Aire sur l’Adour lui apprend que le sac n’est pas parti (malentendu entre hébergeur et transporteur). Très aimablement, notre hébergeur se propose d’aller le rechercher.

Nous passons le linge mouillé à la machine à laver puis visitons la boutique du propriétaire qui propose les produits de sa ferme. La fin de l’après-midi se traîne car rien à faire dans le secteur. Peu de lecture, étude du trajet de l’étape du lendemain.

Pour le repas, Andrée et la dame de Marseille prennent les choses en main. En peu de temps, on peut se mettre à table et déguster la garbure et l’axoa landaise achetées sur place que nous partageons au retour d’Aire sur l’Adour.

Le repas pris en commun se déroule dans une très bonne ambiance. Merci à Anne et Françoise qui nous ont bien fait rire avec leurs anecdotes du chemin.

Le lendemain réveil vers 6h30. Après la toilette, en peu de temps tout le monde se retrouve dans la salle à manger. Un bon petit déjeuner pour partir vers 7h30.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *